Message de Sandra Jehanne, nouvelle coach de la N2F !

Sandra Jehanne est le nouvel entraîneur de la N2F de Granville. Elle s’est engagée il y a quelques semaines auprès de Philippe Leguelinel, président du club. 

Bonjour Sandra, tout d’abord bienvenue au PL Granville Handball ! Peux-tu te présenter ?

Bonjour à tous, je suis Sandra Jehanne, j’ai 38 ans encore pour quelques jours. Je viens d’un petit village du Calvados, Saint Pierre en Auge. Je suis Cadre Technique Fédéral de Handball pour la Ligue de Normandie de Handball depuis 2011 où j’ai en charge la direction de l’Organisme de Formation. Je suis salariée du Handball depuis 2002 (Comité du Calvados de Handball puis l’ES Falaise Handball). 

Pourquoi avoir choisi Granville, qu’est ce qui t’as séduit ici ?

J’avais fait le choix de prendre une saison de repos (2019/2020) pour prendre du recul mais j’ai rapidement eu envie de reprendre du service, le terrain me manquait trop. J’ai rejoint le club de Suisse Normande en cours de saison pour assurer l’encadrement des entrainements des moins de 17 ans masculins (pas de managérat) et puis la saison s’est arrêtée net.

J’avais déjà dans un coin de ma tête l’envie de reprendre un collectif la saison prochaine. J’attendais juste les propositions. Dès le confinement, j’en ai reçu plusieurs dont le club du PL Granville à travers son président, Philippe Leguelinel.

Ma réflexion s’est orientée sur plusieurs critères, mais dans les principaux, j’avais envie de nouveauté et de retrouver le niveau national. Granville est une très belle ville et n’est pas un terrain inconnu pour moi. J’ai eu l’occasion de découvrir cette ville et son club avec mon binôme d’arbitre pendant 10 ans, mon amie Amandine Vecchio (coucou aussi à Lucie). L’idée de travailler avec JB Martin, que je connais depuis de nombreuses années, a pesé positivement dans la balance. Je suis ravie de l’engament d’une saison que j’ai prise avec le club de Granville. Il ne reste plus qu’à retrouver le 40×20 qui nous manque à tous. 

Tu remplaces Fred Adam au poste d’entraîneur des N2F pour la saison prochaine, comment se passe la transition ?

Je connais Fred depuis plusieurs années et je l’ai eu comme stagiaire en formation d’entraineur. La transition s’est faite dans les meilleures conditions, Fred ayant mis à ma disposition toutes les informations et vidéos pour me faciliter la tâche. On communique régulièrement par téléphone. J’en profite pour le remercier du travail réaliser durant ces 3 saisons à la tête de cette équipe ce qui me permet de prendre mes fonctions dans les meilleures dispositions. 

Des recrues sont-elles au programme ?

Après avoir effectué un bilan des effectifs pour la saison prochaine, il s’avérait que les besoins n’étaient pas trop importants. Il n’y aura donc pas de révolution dans le recrutement. Les joueuses actuellement au club sont très intéressantes et cela ne demandait un renfort que sur certains postes clés. Je peux d’ores et déjà annoncer le recrutement de Farah Gourdel sur le poste d’arrière gauche / ailière gauche, et de Déborah Cozoguier sur le poste de demi-centre. J’attends encore la réponse de deux gauchères, qui je l’espère vont se concrétiser rapidement. 

Que faut-il attendre des granvillaises à la rentrée ?

Et quels seront tes objectifs à court terme ?

Il est très difficile actuellement de se positionner sur une éventuelle rentrée et sur un objectif. Nous n’avons aujourd’hui aucune visibilité sur les dates de reprise, le calendrier, les poules, le nombre de descentes … nous sommes dans l’attente, et la priorité reste de pouvoir reprendre notre activité favorite dans des conditions sanitaires favorables. 

Selon toi, qu’elles sont les qualités requises pour être un bon entraîneur ? 

Un bon entraineur, c’est avant tout un bon leader. Cela suppose d’être capable de bien diriger son équipe, et à titre individuel, de donner confiance à ces joueur(se)s. Notamment en déléguant certaines responsabilités, en les valorisant, et en leur donnant une part active dans la vie de l’équipe. Mais c’est aussi un capitaine de bateau qui doit être capable de faire respecter les règles de vie d’un groupe, le projet collectif, l’éthique. Il est le gage de l’exigence à tous les niveaux de l’investissement et de l’engagement. 

Concernant les qualités requises, un entraineur doit avant tout bien connaître l’activité et sa dialectique et maitriser les principes d’animation. Ce n’est pas parce qu’on évolue en national que les notions d’animation doivent être oubliées. Mais tout ça n’est pas suffisant, il est nécessaire aussi d’avoir des qualités d’écoute et d’observation. La vie d’un groupe n’est pas un long fleuve tranquille. Il doit assumer la charge de gérer les conflits et les crises. Aujourd’hui, l’entrainement à proprement parlé n’est qu’une petite partie de la fonction, c’est le management du groupe qui est le plus complexe et qui prend le plus d’énergie. C’est d’ailleurs cette complexité systémique qui rend la fonction si intéressante. Il n’y a pas de recette miracle, mais des modèles qui faut savoir utiliser au bon moment et à bon escient, ce qui nécessite des compétences d’adaptabilité importantes.

Je vais m’arrêter là car je pourrais disserter pendant des heures sur cette fonction et ses prérogatives qui font mon quotidien professionnel et personnel depuis plus de 20 ans maintenant. En plus, je serais capable de changer d’opinion dans une heure. Albert Camus disait « J’ai rejoint le parti des gens qui ne sont pas surs d’avoir raison ».

Un petit mot à passer aux joueur(se)sbénévoles et supporters du club ? 

Déjà, j’espère que tout le monde se porte bien, c’est la priorité actuellement. J’espère aussi que nous pourrons assez rapidement faire connaissance dans de bonnes conditions. Et petit mot spécial pour les joueuses : « restez en forme » ! Sinon, la reprise va piquer. 

Merci Sandra, bonne préparation de saison à toi.

A bientôt sur le bord du terrain de la Cité des Sports.